Vous avez un projet ? 01 83 85 50 55

Comment faire de votre campagne emailing un réel succès ?

Le 06 janvier 2016

Que ce soit pour se faire connaître, pour présenter un produit, annoncer un évènement, mettre en avant une offre commerciale… l’e-mailing reste un outil de génération de trafic sur un site internet, de fidélisation de sa clientèle et de prospection. Malgré les articles alarmistes qui nous sont bombardés régulièrement, l’e-mailing marketing est toujours présent, en témoigne le nombre que vous devez avoir dans votre boîte mail.

La réglementation de l'envoi d'emailing ayant beaucoup évolué ces dernières années, il est nécessaire de respecter certaines règles si vous ne souhaitez pas être blacklisté. En effet, la frontière entre e-mailing et spam est mince, et vous devez bien garder cela à l’esprit pour pouvoir continuer à bénéficier pleinement de cet outil.

 

1. Les avantages de l’emailing

  • Sa rapidité : une campagne e-mailing peut être réalisée en quelques heures (nous ne comptons pas la réflexion stratégique que vous aurez effectuée en amont bien sûr mais qui se fait dans toute campagne qu’elle soit papier ou informatique) à l’inverse d’un envoi papier qui demandera plusieurs jours, voir semaines.
  • Son faible coût : cette méthode reste encore actuellement l’une des moins coûteuses
  • La personnalisation : l’informatique vous permet de réaliser (ou votre prestataire) des contenus originaux, interactifs, dynamiques … que vous n’aurez pas sur papier
  • Une réelle analyse du retour : de nombreux outils statistiques permettent d’analyser l’impact, le retour, le taux d’ouverture … de votre e-mail à l’inverse d’un courrier papier et ainsi de mieux cibler vos prochaines campagnes.

 

2. Règles à respecter

a. Avoir une base de prospects ou de clients de qualité qu'elle soit achetée ou collectée soi-même.

Dans les 2 cas, cela n’est pas aussi simple. Lorsqu’il s’agit d’acheter ou de louer une base de données, ATTENTION, il y a de tout et surtout n’importe quoi. Les bases aux prix supers alléchants sont souvent bourrées d’adresses inexistantes ou non sollicitées qui vous enverront tout droit à la case spammeur. Le mieux est évidemment de se créer sa base, propre, détaillée mais cela ne se fait pas du jour au lendemain. Un fichier correct et bien ciblé augmentera considérablement votre taux de délivrabilité, d’ouverture et donc de retour  (si vous envoyez une promo pour les appareils auditifs à des trentenaires, il y a peu de chance que vous ayez du retour mais beaucoup de risques de passer dans la catégorie des spammeurs).

b. Avoir l’autorisation du destinataire 

Et oui, l’email fait partie intégrante de notre vie et en recevoir alors que nous n’avions rien demandé est considéré comme une intrusion dans notre vie privée (mais où donc ont-ils trouvé mon adresse ?). Il y a une légère nuance si vous démarchez des particuliers (B to C) ou des professionnels (B to B).Dans le premier cas , par principe, il n'est pas permis d'envoyer un message commercial sans l'accord préalable du destinataire mais il existe 2 exceptions : si la personne prospectée est déjà cliente de l'entreprise ou si la prospection n'est pas de nature commerciale (caritative par exemple). 
Dans les deux cas, la collecte de l'adresse de messagerie d'une personne est soumise aux principes d'information et du droit d'opposition :

  • La personne doit être informée que son adresse électronique sera utilisée à des fins de prospection,
  • La personne doit être en mesure de s’opposer à cette utilisation de manière simple et gratuite.

Chaque message électronique doit obligatoirement :

  • Préciser l'identité de l'annonceur
  • Proposer un moyen simple de s'opposer à la réception de nouvelles sollicitations (par exemple lien pour se désinscrire à la fin du message).

La CNIL recommande que le consentement préalable ou le droit d'opposition soit recueilli par le biais d’une case à cocher. L'utilisation d'une case pré-cochée est à proscrire car considérées comme contraires au principe de loyauté dans la collecte des données. (propos de la CNIL)

Avoir une fréquence d’envoi raisonnable : ni trop (vous risquez d’énerver le destinataire qui se désinscrira), ni trop peu (le destinataire vous aura oublié et se désinscrira). A chacun son rythme, il n’y a pas de règle en la matière.

 

3. Comment faire un bon e-mailing 

  • La largeur de votre message doit être au maximum de 700 px pour pouvoir s’adapter aux différentes boîtes mail et pour rester lisible

  • Soyez bref mais pas trop directs : soyons honnêtes, actuellement qui a le temps de lire un roman entier pour une information ? Il faut que dès l’ouverture du mail votre lecteur soit percuté (sans être trop violent pour ne pas se sentir agressé non plus) et soit incité à ouvrir votre message. Utilisez des phrases coup de poing, accrocheuses et incitant à l’action (« en savoir plus, cliquez ici…)

  • Evitez les animations. Il n’y a rien de plus agaçant qu’un message qui met trois heures à s’ouvrir et qui clignote dans tous les sens

  • Pour notre part, nous adorons rire donc nous utilisons beaucoup l’humour dans nos campagnes et celles de nos clients. En effet, on s’attarde plus longuement sur quelque chose qui nous fait rire et nous met de bonne humeur que sur un message bateau, morne et classique. Mais là aussi, il n’y a pas de règles.

  • Avoir du contenu de qualité mais cela va de soi non ?

  • Privilégier les plateformes professionnelles d’emailing pour minimiser les chances que votre courrier soit classé dans une spamlist. De plus vous accéderez à un grand nombre d’outils de tracking et de statistiques qui permettra d’analyser et d’ajuster vos prochaines campagnes email. Choisissez bien votre prestataire et prenez vos jambes à votre cou s’il vous promet une délivrabilité de 100% et des résultats extravageants.

  • Choisissez bien le jour et l’heure de l’envoi : pour un email vers des particuliers, le vendredi après-midi est la zone qui offre le plus de résultat (ils ont le week end derrière donc sont plus tranquilles). Pour un professionnel, le lundi matin ou mardi avant le début du travail.

  • Mettez en avant votre réseau facebook, twitter, google +… dans votre e-mail pour renforcer votre interaction.

  • Trouver un titre percutant et accrocheur pour vos destinataires. Bannissez les mots comme : gratuit, offre exceptionnelle, 50%, pas cher ou tout ce qui pourrait se rattacher à cela transformant votre mail en vieil argumentaire commercial. Il peut contenir le nom de votre entreprise et doit être en adéquation avec le contenu.

Et bien voilà quelques conseils qui devraient vous permettre de rester dans la "whitelist". 
N'hésitez pas à consulter la réglementation complète sur le site de la CNIL pour en savoir plus, déclarer votre fichier... ou à nous consulter pour plus d'informations